Microplastiques dans l'alimentation : comment les éviter ?

Dernière mise à jour : 11 août 2021





Microplastiques et alimentation, microplastiques dans l'eau, danger eau en bouteille microplastiques, poissons contaminés aux microplastiques
Comment éviter l'ingestion de microplastiques ?


Découvrez nos solutions pour éviter d'ingérer ces perturbateurs endocriniens qui perturbent notre organisme.



Les microplastiques : qu’est-ce que c’est ?


Ce sont des particules de plastique inférieures à 5 mm de rayon, d’origine synthétique, dispersées dans l’environnement. Elles se retrouvent dans les cours d’eau, les mers et les océans, mais aussi dans les poissons qui bien souvent se retrouve dans nos assiettes.



D’où viennent les microplastiques ?


A l’échelle planétaire, les rejets de microplastiques sont principalement dus aux limites de gestion des déchets plastiques, aux détritus qui jonchent nos rues, aux décharges à ciel ouvert. On les retrouve également dans les textiles, dans les ustensiles du quotidien ou encore dans les cosmétiques.

Ils peuvent être classés en deux catégories : les microplastiques primaires et secondaires.



Les microplastiques primaires


  • 35% des microplastiques primaires proviennent du lavage des vêtements synthétiques.

  • 28% sont produits lors du frottement des pneus contre le bitume.

  • 2% proviennent des produits cosmétiques dans lesquels ils sont ajoutés intentionnellement.




Les microplastiques secondaires


Ils proviennent du simple contact aliments/emballages et de la dégradation d’objets comme les sacs en plastique, les bouteilles, les ustensiles et contenants…etc. Cette dégradation est accélérée sous l’effet de la chaleur (le réchauffage dans des tupperwares par exemple, peut provoquer la libération des microplastiques qui migrent alors dans le contenu).


Ils représentent entre 69 et 81 % des microplastiques retrouvés dans les océans.




Le plastique à usage unique est l’une des principales sources des microplastiques

Même si de nos jours le plastique fait partie de notre quotidien et qu’il apporte une solution efficace aux strictes règles d’hygiène de certains secteurs (dont la restauration), il n’est absolument pas indispensable !



De plus en plus de consommateurs partent faire leurs courses avec des tote-bag réutilisables, optent pour des produits en vrac maintenant disponibles dans de nombreux magasins et se renseignent sur le mode de vie zéro-déchets. Le secteur de l’agro-alimentaire et de la restauration s’organise également et les professionnels commencent à opter pour des solutions de logistique zéro-déchets.



Les déchets en plastique jetés dans les océans se dégradent et se retrouve dans nos assiette, par le biais de la contamination des poissons aux microplastiques
Chaine de égradation du plastique dans les océans

Les microplastiques qui circulent dans les mers et océans se retrouvent dans la chaîne alimentaire (particulièrement dans les poissons et fruits de mer). Ce phénomène, appelé “bioaccumulation” témoigne de la capacité de certaines espèces animales et végétales à concentrer des particules (les microplastiques mais également les métaux lourds, comme le mercure) dans leurs tissus. Lorsque les humains consomment ces espèces contaminées, ils se contaminent à leur tour.



Comment éviter de les retrouver dans nos assiettes et nos tissus ?


  • Privilégier l’eau du robinet


Ce geste simple à adopter permet d’éviter les microplastiques des bouteilles en plastique. Privilégier l’eau du robinet lorsque c’est possible est également un moyen de faire des économies tout en protégeant l’environnement. Attention néanmoins, dans certaines zones l'eau du robinet contient des taux de métaux lourds, de chlore ou encore de fluor assez alarmants. Il est possible de se renseigner auprès de la municipalité pour faire des choix en conscience. Si l'eau du robinet semble douteuse, des filtres à eau peuvent être installés. La meilleure option à ce jour est le système d'osmose inverse.


  • Éviter le contact entre le plastique et la nourriture et les boissons


L’idéal est de s'équiper avec des boites et gourdes en inox ou en verre.

Si vous êtes contraint.e.s d’utiliser du plastique, évitez de le chauffer : aucun plastique ne devrait aller dans les micro-ondes et les bouteilles d’eau ne devraient pas rester au soleil. La hausse de température facilite la libération des microplastiques et leur passage dans les produits à consommer, en particulier si le plastique entre au contact d’aliments gras.

Pour savourer un thé authentique et sans danger, il est recommandé d’investir dans une théière ou une boule à thé.



  • Utiliser des ustensiles de cuisson sans danger


On retrouve des microplastiques et d’autres substances non désirables dans la plupart de ustensiles de cuisine : les casseroles et les poêles, le papier sulfurisé avec antiadhésif, les cuillères en plastiques…etc.


Il est préférable d’utiliser du matériel en fonte ou encore en acier inoxydable, des moules en verre ou des maryses en bois. Pour choisir votre équipement de cuisine, on vous recommande cet article très complet de la Fondation Goodplanet.



Les ustensiles de cuisine peuvent être une source de contamination aux plastiques et perturbateurs endocriniens, notamment les poêles antiadhésives
Bien choisir ses ustensiles de cuisine

  • Privilégier les petits poissons de début de chaine


Les poissons que l'on trouve en bords de côte sont moins contaminés que les autres espèces. Un gros poisson aura consommé des plus petits poissons déjà contaminés, ce qui augmente sa toxicité. Retrouvez notre post Instagram sur les poissons.


Certains poissons comme ceux en fin de chaine alimentaire sont contaminés, préférez les petits poissons qui sont meilleurs pour la santé
Les poissons à privilégier et à éviter pour protéger sa santé

  • Du poisson dans nos assiettes jusqu’à 3 fois par semaine


De nombreux expert.e.s recommandent de ne pas dépasser 3 composantes de poisson par semaine. Veillez également à éviter de consommer les poissons menacés et à suivre les périodes de reproduction !


Pour éviter de contribuer à l’accumulation de microplastiques dans l’eau, nous pouvons changer nos habitudes au quotidien


  • Éviter le plastique à usage unique en remplaçant les sacs en plastique par des sacs réutilisables.

  • Refuser les gobelets et apporter sa propre tasse réutilisable au travail.

  • Faire ses courses en vrac pour enrayer les emballages plastiques superflus.

  • Préférer les textiles en fibres naturelles (coton, lin, laine…) - bio si possible et issus de filière éthique - et évitez au maximum les fibres synthétiques (nylon, spandex, acrylique…).

  • Laver le linge à 30°C.

  • Choisir une lessive au pH neutre, la faire soi-même ou utiliser des billes de magnésium

  • Sécher au maximum le linge à l’air libre.



De nombreuses solutions existent pour éviter l’accumulation de plastique, ils sont en passe de (re)devenir la norme, aussi bien à la maison qu’au restaurant !



75 vues0 commentaire